• La réponse de #Bennai_Ouali à #Ali_Yahia Abdennour quand ce dernier lui annonce sa condamnation par le #CCE (Comité de coordination et d’exécution). Instance suprême du front de libération national #FLN) ,durant la guerre de libération nationale (1954/1962).

    Bennai Ouali, victime du CCE.


    « J’ai intégré, dit-il, la mort dans mon existence, elle est une réalité qui m’a suivi comme une ombre dans ma militante clandestine. Le nationalisme libérateur, plutôt le patriotisme, m’a conduit aux formes les plus sublimes du dévouement, de l’abnégation et du sacrifice. L’histoire de notre pays a été fertilisé depuis des millénaires par le sang des meilleurs de ses fils .Le mien se situe dans la continuité de cette grande histoire, écrite par le sang des martyrs tombés dans les stratégies .il ya toujours un prix à payer pour ses idées, ses convictions tôt ou tard. Je refuse de m’incliner devant cette condamnation à mort, illégal et illégitime, sans procès et remuerai ciel et terre pour la combattre. Sur la voie du sacrifice ou m’ont procédé mes compagnons, particulièrement Amar Ould Hamouda, il ne saurai être pour moi de reculer sans faillir et sans souiller leur mémoire. En qualifiant les militants qui se réclament de berbérité d’obstacles à la révolution, et on les assimilant, comme l’a fait le congrès de la Soummam, aux Messalistes, donc à des traitres, leur exécution est légitimée. Mettre sur le même plan ceux qu’ils appellent « berbéristes », qui ne sont en fait que des berbères qui qui défendent la berbérité présent sur le théâtre des opérations sur tout le territoire national et en France, depuis le 1er novembre 1954, et les messalistes qui combattent les armes à la main la révolution, cela relève non pas de la provocation mais de la psychiatrie. La décision prise par le congrès de la Soummam est une menace pour tous les militants qui luttent pour défendre et promouvoir l’Amazighité. L’effusion de sang ne s’arrêtera pas pour promouvoir le panarabisme. Hier Amar Ould Hamouda, aujourd’hui moi, demain tous les autres ! Très nombreux sont les militants du mouvement berbère qui seront exécutés de façon sommaire. Il aura encore demain, et même après l’indépendance du pays, des larmes et du sang pour la mise en œuvre de la vraie identité nationale.

    Il y a les contradictions des cinq membres du CCE.

    Tous anciens cadres du

    PPA/MTLD…………………………..Les trois drames que je vis sont : le colonialisme , le culte de la personnalité de Messali ,l’arbitraire et l’injustice du

    CCE…………………………………..Pour le CCE mon cadavre est déjà là ,mais il ne l’a pas encore enterré…………………………..Je revendique tout mon passé qui a un sens , si je peux choisir ,sachant ce qui peut et doit arriver , je continuerai à suivre la même voix , avec la même conviction , la même attitude , le même comportement

    ………………… Si tu rencontres Abane Ramdane tu lui dirais de ma part qu’en creusant ma tombe, tu creuse aussi la tienne ».


    Extrait du livre de Ali Yahia Abdennour « La crise berbère de 1949 ».

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Décès de Rabah Lekadir, un ancien du Mouvement Culturel Berbère, à l’âge de 68ans

     

     Par Hacène Hireche sur Facebook.
     

    Le militant Rabah LEKADIR nous a quittés !

    Encore un ami, un grand militant des années 80 qui ne verra pas la nouvelle Algérie si elle venait à éclore. Rabah LEKADIR, c’est bien de lui qu’il s’agit, nous a quittés, je l’ai appris ce 10 décembre de Arezki BENCHABANE qui le tient lui, de Ramdane ACHAB, deux autres grands militants de l’amazighité et de la démocratie comme le défunt.

    Il est décédé à l'âge de 68 en France ans où il résidait depuis les années 1977-78. L’enterrement a eu lieu ce dimanche 8 décembre 2019 à Amechras son village natal dans la daïra de Boghni en Kabylie.
    J’ai connu Rabah LEKADIR en 1971 alors que nous étions étudiants à l’université d’Alger. Il était un brillant mathématicien et j’avais de nombreuses fois profité de ses lumières pour rehausser mon niveau dans la matière. Il était déjà militant et suivait les cours de berbère dispensés par le célèbre anthropologue et linguiste Mouloud Mammeri.

    Militant actif, il rejoint le FFS clandestin en 1978 alors qu’il était étudiant dans une école d’ingénieurs à Nantes. Son engagement pour tamazight était tel qu’il a laissé filer ses études d’ingénieur en fin de 3ème année pour se consacrer entièrement au combat politique et culturel. Il enseignait d’ailleurs le Kabyle dans une association berbère nantaise dont il était membre fondateur. Il donnait en même temps des cours de mathématiques et finit professeur des collèges dans le département de la Seine Saint-Denis. Il se consacrait auparavant au travail militant avec le Groupe d’Études Berbères de l’université de Saint -Denis et la Coopérative Imedyazen, plaque-tournante de la lutte et de la production culturelle, linguistique et politique amazighe dans les années 1980. Elle a pratiquement repris le relais de la célèbre Académie Berbère de Paris qui avait réduit ses activités suite au départ de Bessaoud Mohand-Arab au Royaume-Uni.
    Rabah LEKADIR était également un des piliers de la radio tamazight dans les années 1980. Il était un des animateurs les plus constants.

    Affaibli par des problèmes de santé, déçu quelque peu de la tournure des événements, il a fini par prendre un peu de recul fin des années 90 début des années 2000 et nous avions, malheureusement, peu à peu perdu sa trace. Nous étions nombreux à rechercher ses nouvelles mais l’immensité de l’Ile-de-France a happé les uns et les autres et a eu raison de nos liens amicaux et militants. Rabah est parti dans l’anonymat mais tous ceux qui l’ont connu garderont de lui l’image du militant dévoué, courageux, plein d’humour et totalement désintéressé.

    Va cher ami, l’Algérie démocratique dont tu as tant rêvé verra peut-être bientôt le jour. Puisse ton fils et ton entourage recueillir les fruits de ton engagement, de ton abnégation.
    Que ton nom reste gravé dans la mémoire collective du monde kabyle auquel tu as consacré une bonne partie de ta vie ! Mes sincères condoléances à tes frères que je connais, eux aussi militants, et à toute ta famille. Nous te disons merci.

     
     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Na Ouiza, Chikh Mohamed, le cinq juillet, le 1er novembre, la plaquemine ou  Nadia Matoub  et l’APC de Mechtras. Chaque entité se rapporte à un évènement auquel nos élus ont réservé un traitement spécifique.  Nous allons essayer de comprendre la trame qui lie tous ces évènements et découvrir le jeu qui se cache derrière. Dans l’ordre chronologique, commençons par le premier.

    Le cinq juillet 2019 : c’est un vendredi et donc une journée de marche. Quoi encore ? Tala Uguellid est une source –en plus d’être très connue dans la région- qui coule depuis la nuit des temps et probablement depuis le temps des dinosaures (à ne pas confondre avec ceux du FLN). Elle a connu plusieurs aménagements et sans doute en connaitra d’autres. Le dernier en date, pour la première fois, est célébré par nos élus et le système sous le slogan  « inauguration de Tala U Guellid ». La question est : comment peut-on oser inaugurer une fontaine naturelle un matin du cinq juillet ? Le Chef de daïra, les caciques du FLN, la gendarmerie et les clients du système-de l’apc aussi- sont les principaux invités  à la cérémonie (voir la vidéo:http://amechras.eklablog.com/5-juillet-a-mechtras-a174811878). Messieurs les élus, avouez que votre seul but est de venir au secours du système qui est en train de sombrer sous les coups de la révolution en marche. L’après-midi, vous nous dites que vous allez marcher pour libérer Bouregaa ! Même pour un caméléon, la prouesse est difficile.

    La fête de la plaquemine (18 et 19 octobre 2019) : si le fruit est joli, sucré et très attrayant, il n’en est pas de même de sa fête qui est censée faire le rayonnement de la commune. Et pour cause ! L’invité d’honneur et pas des moindres n’est autre que le Chef de daïra du chef-lieu de la wilaya. Une autre invitée de marque devait être la veuve Nadia MATOUB qu’on a pensée faire cohabiter et festoyer avec les gendarmes et tout le système. A son arrivée, grande est sa surprise de se retrouver nez à nez avec les gendarmes et leurs protégés. Immédiatement elle se met à scander « pouvoir assassin ». Le peuple présent l’a reprise en chœur. Sauve qui peut ! Certains élus  ont essayé, semble-t-il,  de se cacher parmi les femmes. Peine perdue, le stratagème et leurs architectes sont mis à nu. Nadia a sauvé l’honneur…et est repartie sans se souiller. Merci Nadia !

    Le premier novembre 2019 : comme le cinq juillet, il tombe un vendredi et correspond à l’acte 37 de la révolution en marche. Les mots d’ordre sont : « marche sur Alger », « la bataille d’Alger » et « priorité pour Alger » etc.  Nos élus, en fins stratèges, n’ont pas hésité à essayer de torpiller ces initiatives en mettant un bus au service des citoyens pour la marche à…Tizi-Ouzou. Et c’est une première. Pourquoi pas sur Alger ? Bizarre, non ?

    Na Ouiza : mère de l’infatigable combattant F. M’Henni qui n’a besoin d’aucune présentation pour la simple raison qu’il incarne une icône vivante de la résistance face au système. Sa mère est décédée le cinq novembre à l’âge de 93 ans. On lui doit beaucoup de déférence. Même les adversaires politiques du maquisard de toujours lui ont rendu hommage. Ses funérailles ont été à la hauteur de leur statut social. Nos élus ont ignoré l’événement mais gardons-nous de les juger pour le moment.

    Chikh Mohamed : c’est qui ? Ah, la grande affaire ! Quel rapport avec Na Ouiza et le reste ? A première vue, aucun. Mais si ! Lui aussi, il vient de rendre l’âme à Dieu, à Alger. Mais avant de mourir, il y a de cela un bout de temps, il a aussi, parait-il,  « rendu » un morceau  de terre à la commune pour la construction d’un collège. Des terres accaparées par les protégés de l’administration française lors du séquestre qu’a connu Mechtras en 1857. (http://amechras.eklablog.com/mechtras-sous-le-sequestre-1857-a158412330). Nos élus, probablement inspirés par la baraka du défunt Chikh, ont décidé de mettre un bus à la disposition des citoyens qui voudraient se rendre  à la veillée funèbre du bienfaiteur à … Alger. La question qui se pose naturellement pour les vivants est : quels sont les morts qui ont droit au bus de la commune ?

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le matin avec le système et ses satellites, l'après-midi avec le hirak pour libérer ...Bouregaa !

    Rien que ça.  Tant elle va à l'eau qu'à la fin la cruche se casse.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 1 Juin 2018 /http://lesavoire.over-blog.com

    https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=452792148505061&id=401602150290728

     

    Le financement des mosquées en Kabylie

     En revenant à notre publication (postée sur notre Page culture histoire actualité en Kabylie le vendredi dernier, a Permis d'avoir les renseignements suivantes:

    1- La mosquée est située à Souk N Letniyen à côté de Maatqa

    2- L'argent provient de l'ambassade d'Arabie Saoudite, par l'intermédiaire de Hocine Gheham, un Algérois, qui y travaille en tant qu'interprète (interpréter quoi?). Cet individu distribue de l'argent à ceux qui acceptent de prendre le projet de construire dans leur village, à hauteur de 3 milliards de dinars par mosquée. La personne recrutée se charge ensuite d'exécuter ce plan au niveau de son village.

    3- À Maatqa, cet individu, Hocine Gheham est connu et tout le monde se méfie de lui. Il a amassé une fortune et circule avec une voiture Mercedes Benz. Il a le statut semblable à celui des Bachaghas du temps de l'administration turque (un officiel gradé). Les personnes qu'il approche pour mener à bout ces projets sont souvents démunies, dépourvues de valeurs kabyles et prêts à tout pour une somme d'argent.

    4- plusieurs mosquées dans plusieurs villages ont été construites de cette façon.

    La question qui se pose: comment arrivent-ils à avoir des autorisations de l'administration algérienne sans faire d'enquête d'où proviennent les sommes d'argent injectées alors que les projets économique de nature à générer des emplois et absorber le chômage sont bloqués par cette même administration? ce qui suggère que l'administration algérienne est au courant et complice.

    Il s'agit bien du projet de wahabisation et d'arabisation de la Kabylie, avec l'Association Iqra que nous avons déjà dénoncée. La Kabylie doit trouver un moyen de mettre fin à ce génocide culturel wahabite. Les comités de village doivent être réhabilité et expurgés de kabyles de service chapotés par les partis de la régence d'Alger (RND, FLN, HAMAS, etc.).

    Merci à toutes et tous de vos réactions et continuez à nous communiquer les informations concernant ce sujet.

    Les seuls projets non-bloqués par l'État colonial algérien en Kabylie: les mosquées grandioses, wahabites, abritant des écoles coraniques et financées par l'Arabie Saoudite. En voici un échantillon à Maatqa, où elle a surgi comme un champignon, du jour au lendemain.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L’image contient peut-être : 1 personne, costume et gros plan

    LA LETTRE D’HENRI FERTET


    Le Président de la République ( E. Macron ) a lu hier à Portsmouth la lettre d’Henri Fertet, jeune résistant de Besançon, fusillé à la Citadelle par les Nazis le 26 septembre 1943. Il allait avoir 17 ans le mois suivant. Il participait aux FTP (mouvement de Résistance créé par le PCF et dirigé par Charles Tillon) et appartenait au Groupe Guy-Môcquet, du nom de ce jeune résistant de 17 ans fusillé un an auparavant au camp de Châteaubriant. Nicolas Sarkozy, qui s’était invoqué de Guy Môcquet pendant sa campagne de 2007, avait voulu commémorer le souvenir du jeune résistant en obligeant la lecture de sa propre lettre à sa mère, chaque année dans les écoles. Contesté, accusé d’instrumentalisation, y compris par Simone Veil, il avait reculé. 
    La lettre d’Henri Fertet est bouleversante, bien connue à Besançon, où une rue porte le nom du jeune résistant. YF

    « Chers Parents,

    Ma lettre va vous causer une grande peine, mais je vous ai vus si pleins de courage que, je n’en doute pas, vous voudrez encore le garder, ne serait-ce que par amour pour moi. Vous ne pouvez savoir ce que moralement j’ai souffert dans ma cellule, ce que j’ai souffert de ne plus vous voir, de ne plus sentir peser sur moi votre tendre sollicitude que de loin. Pendant ces 87 jours de cellule, votre amour m’a manqué plus que vos colis, et souvent je vous ai demandé de me pardonner le mal que je vous ai fait, tout le mal que je vous ai fait. Vous ne pouvez vous douter de ce que je vous aime aujourd’hui car, avant, je vous aimais plutôt par routine, mais maintenant je comprends tout ce que vous avez fait pour moi et je crois être arrivé à l’amour filial véritable, au vrai amour filial. Peut-être après la guerre, un camarade vous parlera-t-il de moi, de cet amour que je lui ai communiqué. J’espère qu’il ne faillira pas à cette mission sacrée.

    Remerciez toutes les personnes qui se sont intéressées à moi, et particulièrement nos plus proches parents et amis ; dites-leur ma confiance en la France éternelle. Embrassez très fort mes grands-parents, mes oncles, tantes et cousins, Henriette. Donnez une bonne poignée de main chez M. Duvernet ; dites un petit mot à chacun. Dites à M. le Curé que je pense aussi particulièrement à lui et aux siens. Je remercie Monseigneur du grand honneur qu’il m’a fait, honneur dont, je crois, je me suis montré digne. Je salue aussi en tombant, mes camarades de lycée. À ce propos, Hennemann me doit un paquet de cigarettes, Jacquin mon livre sur les hommes préhistoriques. Rendez « Le Comte de Monte-Cristo » à Émourgeon, 3 chemin Français, derrière la gare. Donnez à Maurice André, de la Maltournée, 40 grammes de tabac que je lui dois. Je lègue ma petite bibliothèque à Pierre, mes livres de classe à mon petit papa, mes collections à ma chère petite maman, mais qu’elle se méfie de la hache préhistorique et du fourreau d’épée gaulois.

    Je meurs pour ma Patrie. Je veux une France libre et des Français heureux. Non pas une France orgueilleuse, première nation du monde, mais une France travailleuse, laborieuse et honnête. Que les Français soient heureux, voilà l’essentiel. Dans la vie, il faut savoir cueillir le bonheur.

    Pour moi, ne vous faites pas de soucis. Je garde mon courage et ma belle humeur jusqu’au bout, et je chanterai « Sambre et Meuse » parce que c’est toi, ma chère petite maman, qui me l’as apprise.

    Avec Pierre, soyez sévères et tendres. Vérifiez son travail et forcez-le à travailler. N’admettez pas de négligence. Il doit se montrer digne de moi. Sur trois enfants, il en reste un. Il doit réussir.

    Les soldats viennent me chercher. Je hâte le pas. Mon écriture est peut-être tremblée ; mais c'est parce que j'ai un petit crayon. Je n'ai pas peur de la mort ; j'ai la conscience tellement tranquille.

    Papa, je t'en supplie, prie. Songe que, si je meurs, c'est pour mon bien. Quelle mort sera plus honorable pour moi que celle-là ? Je meurs volontairement pour ma Patrie. Nous nous retrouverons tous les quatre, bientôt au Ciel. Qu'est-ce que cent ans ? Maman, rappelle-toi : « Et ces vengeurs auront de nouveaux défenseurs qui, après leur mort, auront des successeurs. »

    Adieu, la mort m'appelle. Je ne veux ni bandeau, ni être attaché. Je vous embrasse tous. C'est dur quand même de mourir.

    Mille baisers. Vive la France.

    Un condamné à mort de 16 ans. Excusez les fautes d'orthographe, pas le temps de relire.

    Expéditeur : Henri Fertet, au Ciel, près de Dieu. »

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Il y a à boire et à manger ... Il y a aussi les acteurs conscients ou manipulés producteurs de cette effervescence qui coïncide exactement avec le 27 ème jour du ramadhan. Le but est clairement expliqué par les intervenants et l'on est amené à penser que Mechtras vient de sortir d'une guerre civile et le tout est pensé, à juste titre, pour réparer les dégâts et panser les blessures. En somme, une concorde civile. Le temps des prières dans la rue est dépassé et nous voilà dans l'ère des "iftars" dans la rue. Pourquoi bloquer une route nationale au détriment de ses usagers? Et ça, c'est révélateur des soubassements de la cause.  En plein hirak, n'y a t-il pas mieux à faire que d'occuper les jeunes de cette manière?

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Aït Smaïl : L’APC appelle à l’amazighisation de l’environnement

     
    05 FÉVRIER 2019 / EL WATAN.

    L’assemblée populaire communale d’Aït Smaïl appelle, à travers un communiqué public, la population de la commune à participer à l’opération d’amazighisation de l’environnement.

    L’appel, fait par le président de l’APC, Sadek Rebaï, est destiné aux commerçants de la commune pour mettre aux frontons de leurs boutiques des panneaux indiquant leurs commerces en tamazight. Il est attendu des commerçants de la commune de prendre part à une dynamique que veut créer le maire autour de la valorisation de la langue amazighe, et donner un prolongement à sa constitutionnalisation en tant que langue officielle en 2016.

    L’opération de l’APC consiste à donner de la visibilité à tamazight dans l’espace public et permettre que la promotion de la langue soit «une pratique effective dans notre vie de tous les jours». L’assemblée élue d’Aït Smaïl a entamé la mise en œuvre de son programme d’amazighisation de l’environnement en ciblant des établissements publics et des panneaux routiers.

    Selon le P/APC, cette opération n’est pas encore terminée. «Il est temps que nos commerçants prennent conscience de la nécessité de mettre en valeur notre langue et d’attirer leurs clients en leur parlant dans la langue qui leur est commune. Ceci, en tenant donc à ce que dans chaque panneau ou pancarte commercial on intègre la langue tamazight, notre langue maternelle» écrit le maire.

    Le fronton du siège de l’APC d’Aït Smaïl s’est déjà mis à la transcription en tamazight, en plus de l’arabe et du français, à l’exemple de quelques autres sièges de communes, avec le choix quasi général des caractères latins pour le tamazight. Le communiqué met à la disposition des habitants de la commune une adresse email (seqdectutlaytik@gmail.com) et des numéros de téléphone pour s’enquérir davantage des détails des transcriptions.

    Des exemples d’intitulés de commerces en tamazight, inscrits en caractères latins, ont même été donnés dont Tagella tamatut pour Alimentation Générale, Lkuca (Boulangerie), Angulen ansayanen (Gâteaux traditionnels), Igerwajen (Quincaillerie), Tacrift (Cafétéria), Tanedlist (Librairie), Tansafart(Pharmacie). 

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Page 68

    Page 68

    Page 69

    Page 69
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Etat niminatif des propriétaires concernés par le séquestre.

    Mechtras sous le séquestre / 1857.

    Mechtras sous le séquestre / 1857.

    Mechtras sous le séquestre / 1857.

    Mechtras sous le séquestre / 1857.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Page 16

    Page 16

    Page 17

    Page 17

    Page 277

    Page 277
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Un bouquet d'orangers et de citronniers au milieu duquel s'élève une maison française : c'est l'école des Meçhtras, c'est notre première étape. - Nous sommes reçus par M. P. le père, le fondateur de l'école, aujourd'hui à la retraite. Son fils ...

    Page 36

    Page 37

    Page 37

    Page 38

    Page 38
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires