• Bennai Ouali

    La réponse de #Bennai_Ouali à #Ali_Yahia Abdennour quand ce dernier lui annonce sa condamnation par le #CCE (Comité de coordination et d’exécution). Instance suprême du front de libération national #FLN) ,durant la guerre de libération nationale (1954/1962).

    Bennai Ouali, victime du CCE.


    « J’ai intégré, dit-il, la mort dans mon existence, elle est une réalité qui m’a suivi comme une ombre dans ma militante clandestine. Le nationalisme libérateur, plutôt le patriotisme, m’a conduit aux formes les plus sublimes du dévouement, de l’abnégation et du sacrifice. L’histoire de notre pays a été fertilisé depuis des millénaires par le sang des meilleurs de ses fils .Le mien se situe dans la continuité de cette grande histoire, écrite par le sang des martyrs tombés dans les stratégies .il ya toujours un prix à payer pour ses idées, ses convictions tôt ou tard. Je refuse de m’incliner devant cette condamnation à mort, illégal et illégitime, sans procès et remuerai ciel et terre pour la combattre. Sur la voie du sacrifice ou m’ont procédé mes compagnons, particulièrement Amar Ould Hamouda, il ne saurai être pour moi de reculer sans faillir et sans souiller leur mémoire. En qualifiant les militants qui se réclament de berbérité d’obstacles à la révolution, et on les assimilant, comme l’a fait le congrès de la Soummam, aux Messalistes, donc à des traitres, leur exécution est légitimée. Mettre sur le même plan ceux qu’ils appellent « berbéristes », qui ne sont en fait que des berbères qui qui défendent la berbérité présent sur le théâtre des opérations sur tout le territoire national et en France, depuis le 1er novembre 1954, et les messalistes qui combattent les armes à la main la révolution, cela relève non pas de la provocation mais de la psychiatrie. La décision prise par le congrès de la Soummam est une menace pour tous les militants qui luttent pour défendre et promouvoir l’Amazighité. L’effusion de sang ne s’arrêtera pas pour promouvoir le panarabisme. Hier Amar Ould Hamouda, aujourd’hui moi, demain tous les autres ! Très nombreux sont les militants du mouvement berbère qui seront exécutés de façon sommaire. Il aura encore demain, et même après l’indépendance du pays, des larmes et du sang pour la mise en œuvre de la vraie identité nationale.

    Il y a les contradictions des cinq membres du CCE.

    Tous anciens cadres du

    PPA/MTLD…………………………..Les trois drames que je vis sont : le colonialisme , le culte de la personnalité de Messali ,l’arbitraire et l’injustice du

    CCE…………………………………..Pour le CCE mon cadavre est déjà là ,mais il ne l’a pas encore enterré…………………………..Je revendique tout mon passé qui a un sens , si je peux choisir ,sachant ce qui peut et doit arriver , je continuerai à suivre la même voix , avec la même conviction , la même attitude , le même comportement

    ………………… Si tu rencontres Abane Ramdane tu lui dirais de ma part qu’en creusant ma tombe, tu creuse aussi la tienne ».


    Extrait du livre de Ali Yahia Abdennour « La crise berbère de 1949 ».

    « Enterrement de R. LEKADIR, dimanche 07 dec 19.
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :